Abdoulaye Diabaté, l'héritier de la tradition

Publié le par cultures-maliennes


Un des grands artisans de la musique mandingue contemporaine. Enfant du Royaume Bamanan de Ségou est né non loin de ses racines originelles dans une bourgade à 30 km de Ségou appelée "Cinzana-Gare" ou "Gara" en 1952.

Abdoulaye est le fils de Baba Diabaté, chef traditionnel des griots Diabaté de Ségou et Assitan Dembélé, génie de la chanson Bamanan, Abdoulaye Diabaté a vécu dans le giron du croisement de deux sommités du savoir et de la connaissance de l'art du parler et du conter. 

A l'âge de 8 ans, il chante sur les places des village en compagnie de sa mère. De l'autre côté, il étudie à l’école coranique et à l’école française jusqu’à ses 16 ans. En 1972 il obtiendra un CAP de comptabilité au Centre de formation professionnelle de Bamako et il exercera même quelque temps la profession de comptable.

Son premier vrai concert aura lieu en 1975 avec le Koulé Star de Koutiala en remplacement du chanteur principal. Cet évènement ainsi que la participation d'Abdoulaye à la Semaine Artistique, culturelle et Sportive à Sikasso lui permettront de faire grandir sa réputation.

D'année en année l'artiste monte, monte au firmament de la gloire. Primé entre 1978 et 1988 meilleur chanteur de toutes les semaines régionales de Sikasso, il connaîtra la consécration nationale en 1986 et 1988 avec l'orchestre régional de Sikasso le Kéné Star primé meilleur orchestre des deux dernières biennales artistiques culturelles et sportives des jeunes du Mali avec des titres tel que "Louanze".

Son premier album paraitra en 1995 et Abdoulaye Diabaté est reconnu aujourd'hui comme le griot contemporain qui a su se démarquer de la tradition tout en gardant le meilleur de celle-ci.

 

 

Discographie :

1988 : Massadjourou 

1989 : Kassikoun

1992 : Namawou

1993 : Tabalé 

1995 : Djiriyo 

1998 : Bendé

1999 : Best Of

2000 : Makan

2002 : Samory 

 

e_EiRqCBtxvMzkEjURTUREpbDE95hQb9_vhbigeUIzk-.jpg

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article