Le Hogon, guide spirituel des Dogons

Publié le par cultures-maliennes

Chez les Dogons, le Hogon est la plus haute autorité spirituelle. C'est le représentant du culte du Lébé en référence au serpent qui a guidé les dogons depuis le Mandé jusqu'aux falaises de Bandiagara et à l’actuel pays dogon. Chaque village a son propre Hogon.

Il est choisi parmi les hommes les plus vieux du village. Après son élection il doit suivre six mois de réclusion, pendant lesquels il ne lui est permis ni de raser ni de se laver. Il porte des vêtements blancs et personne n'est autorisé à le toucher. Ses repas, préparés par des jeunes filles impubères, lui sont apportés dans des coupes particulières, les ogo banya qu’il a reçu de son prédécesseur.

Après son initiation, le Hogon se coiffe d'un bonnet rouge qui symbolise sa fonction. Il intervient dans les rites agricoles qui vont permettre au peuple Dogon de se nourrir et de se perpétuer ainsi que dans le règlement des conflits.

Il doit observer un grand nombre d'interdits. Une fois intronisé, le Hogon n'a plus le droit d'avoir le moindre contact physique avec quiconque. Ceci concerne aussi ses enfants et femmes. Sa première femme lui prépare ses repas. Mais la chasteté est de rigueur jusqu'à sa mort. Il ne peut plus poser le pied nu par-terre, ne peut plus se laver et doit passer sa journée assis devant sa maison. Il ne sort pas de sa consession et ne participe pas à la vie sociale du village.

En cas de question grave, il est consulté par les initiés du village.

Chaque nuit, le Lébé lèche le corps du Hogon et lui donne la force de vivre un jour de plus. C’est pour cela que le Hogon ne doit ni se laver ni suer.

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

modibo 09/02/2013 11:32

les dogons sont vraiment une ethnie très intéressante et on n'a pas fini dans découvrir les secrets