Massa Makan Diabaté, de l'oralité du Djeli vers l'écriture

Publié le par cultures-maliennes

Massa Makan Diabaté est né en 1938 à Kita en pays Malinké. Issu d’une famille de griots, c’est à ce métier qu’a été formé étant enfant celui qui deviendra un des plus grands écrivains du Mali. C’est notamment auprès de son oncle Kélé Monson Diabaté que l’enfant entame sa formation et se familiarise avec l’univers culturel de son peuple et des différents peuples du Mali. Cette formation sera interrompue par la scolarisation à l’école française.

 

Après des études d’histoire en guinée et à Paris, c’est en 1970 que Massa Makan Diabaté entame sa carrière d’homme de lettres. Ses premiers livres seront essentiellement la traduction en mangue française des épopées et des contes malinkés. Le Grand Prix littéraire d’Afrique Noire lui est attribué en 1971 pour Janjon. Sa trilogie romanesque, Le Lieutenant de Kouta, Le Coiffeur de Kouta, et Le Boucher de Kouta a obtenu en 1987 le Grand Prix International de la Fondation Léopold Sédar Senghor.

Le gouvernement malien a baptisé un lycée de Bamako et une salle de théâtre de Kayes (chef-lieu de sa région natale) à son nom.

Massa Makan Diabaté est mort à Bamako le 27 janvier 1988.

 


Ouvrages publiés :


- 1970 : Janjon et autres chants populaires du Mali, Editions Présence Africaine, Paris

- 1970 : Kala Jata, Editions populaires, Bamako

- 1973 : Une si belle leçon de patience (théâtre), O.R.T.F/D.A.E.C, Paris

- 1975 : L’Aigle et l’épervier ou la Geste de Soundjata, Editions Oswald, Paris

- 1979 : Le Lieutenant de Kouta, Editions Hatier Paris

- 1980 : Le Coiffeur de Kouta, Editions Hatier, Paris

- 1980 : Comme une piqûre de guêpe, Editions Présence africaine, Paris

- 1982 : Le Boucher de Kouta, Editions Hatier, Paris

- 1985 : L’Assemblée des djinns, Editions Présence africaine, Paris

- 1988 : Une hyène à jeun, Éditions Présence africaine, Paris

 

 

Publié dans Littérature

Commenter cet article